Unknown-4Haletant, effarant, effrayant 

Un enfant de cinq ans trouve la mort, renversé par une voiture, qui ne s’arrête pas, laissant la mère et sa tristesse infinie. L’ambiance s’alourdit et, au fil des pages, le suspense s’épaissit.

L’enquête est confiée à l’inspecteur Ray Stevens et à Kate, sa complice en mode police. On ne retrouve ni la voiture ni qui aurait commis ce délit de fuite.

Parallèlement; une narratrice se met à évoquer les même faits à la première personne. Elle se nomme Jenna Gray, elle est sculptrice. Elle s’est mise à l’abri; Swansee, pays de Galles, près de  la plage du camping. Elle a loué un cottage à la porte récalcitrante. Adopté un chien, Beau, et a rencontré Patrick, vétérinaire, envers qui elle ose quelques sentiments réciproques.

L’enquête piétine au point de devoir la cesser sur ordre de la procureure. Mais Kate et Stevens ne s’y résolvent pas et continuent de chercher hors service.

Plus tard, apparaît une autre narrateur, Ian Petersen, qui narre sa rencontre avec Jenna. La naissance d’une relation heureuse jusqu’au moment où quelques indices nous alertent: cet homme est psychiatriquement dangereux. On comprend pourquoi Jenna s’est échappée de bristol. Elle a fui.

Ceci est pour la bonne compréhension. A cela s’ajoute les problèmes familiaux de Ray et le baiser échangé avec Kate; son fils qui ne va pas bien ni non plus ses relations matrimoniales.

51-NMm9tzPL._SX210_Et nous irons jusqu’au bout de histoire, passant de la narratrice au narrateur, suivant fébrilement l’évolution du récit. Nous sommes presque à la fin et on ne peut plus lâcher le livre, le dénouement se profile;  on soupire, on espère, on tremble, la nuit approche. On ne peut se résoudre à attendre un autre matin. 

On est pris d’affection pour Jenna tant elle paraît prise dans les mailles du filet diabolique d’un pervers absolu. C’est cela la qualité de ce roman, thriller psychologique de haute volée. 

On  recommande chaudement « te laisser partir » à ceux qui aiment trembler et veiller tard, attentif au moindre bruit.

Alain Dagnez.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s