LE VENT DE LA PLAINE

« La plaine, la plaine, n’aura plus de frontières… » Petula Clatk.

Une rivière, Dancing Bird. Une maison de paysans texans. Une belle famille, les Zacharie. Le père est mort et Mathilda, la mère, veille sur sa à couvée. Des jeunes gens et Rachel, l’héroïne. 

En ambuscade, des indiens Kiowas.  

Le western est en place. Pas un film spaghetti; plutôt un Bon vieux western; à la John Ford, avec Audrey Hepburn et Burt Lancaster, par exemple.

Les fermiers vivent d’élevage, de marquage, d’accompagnement et de vente des têtes due bétail. De quoi occuper ses journées.

Voici également les Rawlins qui, bientôt seront en opposition féroce contre leurs voisins dans ces contrées où on vit loin les uns des autres.

Et ces indiens qui rôdent pour réclamer leur dû: le père Zac, il y a bien longtemps a trouvé un bébé qu’il a confié à sa famille.

Le lecteur est progressivement happé par cette histoire, par ces ces scènes parfois crus dans leur sauvagerie, crus aussi les rapports entre voisins, à l’exception de Georgia. 

ALAN LE MAYAlan Le May, auteur également de « la prisonnière du dessert », dresse un tableau des rapports entre les gens au Texas du siècle dernier, de la dureté des temps, 

de la ténacité et de la faculté de   résistance de Rachel, qui en pince pour Ben. Bien sûr, ce livre est une traduction? Ca a tout d’un scénario. Un peu éloigné des enjolivures habituelles de la littérature.

Le livre se termine par une scène d’anthologie,: les Kiowas cernent la cahute où se sont réfugiés les Zacharie, un peu comme une attaque de la diligence où on entend aisément les « youyous » des Peaux Rouges. 

Alain Dagnez.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s