La plus précieuse des marchandises de JC. Grumberg. Ed: Seuil.

Un train d’enfer.

Les contes ont émerveillé ou «effrayé notre enfance. Beaucoup contiennent l’adjectif « petit dans leurs titres: « la petite sirène », « le petit Poucet », « la petite fille aux allumettes » et d’autres encore. « Tout ce qui est petit est gentil, disait mon arrière grand-mère. 

Dans ce conte, où, bien sûr, tout est inventé, une bûcheronne et son mari,  bûcheron de son état regardent passer les trains qui, régulièrement, circulent près de leur maison. Tout est en ordre. Sauf qu’un jour, du train est jeté un paquet. La pauvre bûcheronne, qui n’a pas d’enfants, entend jaillir du paquet entouré d’un châle ouvragé à dentelles dorées, des vagissements: un bébé. Une petite fille. 

La pauvre bûcheronne rapporte chez elle son précieux fardeau et en parle à son pauvre bûcheron de mari. Il n’en veut pas, se méfiant, à la vue du châle, de ce qu’on lui a dit des « sans-coeur », cette « race maudite ». Nous sommes en 1942.

Les trains qui passent viennent du camp de Drancy où on a parqué ces gens avant de les envoyer vers leur destination finale.  Fatale.

Alors, la pauvre bûcheronne se démène pour trouver du lait de chèvre, portant chaque jour, en échange, un fagot de bois à un voisin aimable. 

Petit à petit le pauvre bûcheron réticent finit par fondre devant cette petite fille qui lui tend les bras.

Mais les bons citoyens, qui ne veulent pas de ces soi-disants « sans-coeur » de la « race maudite », finissent par découvrir le pot aux roses et se mettent en ordre de marche pour montrer Ô combien ils sont de bons citoyens.

On ne dit jamais à l’avance, comment un conte finit mais on peut comprendre que l’Histoire peut se répéter parfois sous d’autres formes et qu’il faut être vigilant pour ne pas croire ce que l’on dit sur des gens qu’on vous désigne comme « pas comme il faut ». La tentation de ne pas voir et de ne pas entendre est grande, tant notre désir de tranquillité prend le dessus sur nos valeurs qu’on n’a pas définies.L’Hostoire bégaie.

Alain Dagnez